Qui es-tu, Kei Yûki ?

Posted By on July 31, 2019

Kei Yûki est un personnage récurrent des histoires mettant en scène le capitaine Albator, du manga de 1977 à Dimension Voyage. En charge de la navigation et des systèmes de combat spatiaux  , elle est tout à fait capable de prendre le commandement quand il le faut (les japonais la qualifient de Sentô Shiki-kan, littéralement “commandante de combat”). C’est la troisième personne la plus importante de la hiérarchie de l’Arcadia, après Albator lui-même et son second Yattaran. Dimension Voyage lui donne par ailleurs un rôle plus actif que dans le manga d’origine, faisant d’elle une combattante hors-pair et une as redoutable, et la plaçant en première ligne du combat contre la sylvidre Jojibel.

Il serait réducteur de ne voir en Kei qu’une déclinaison pirate (et en uniforme rose) de Yuki Mori du Yamato. Même la similitude de leurs noms est trompeuses : déjà, Yuki est le prénom de l’une tandis que Yûki est le nom de famille de l’autre. Yuki Mori s’écrit par ailleurs à l’aide des kanjis 雪 (yuki, “neige”) et 森 (mori, “forêt”), tandis que Kei Yûki s’écrit avec les kanjis 蛍 (kei, “luciole”) et 有紀, combinaison de yuu et ki signifiant respectivement “existence, émergence” et “chronique”. Le nom Yûki pourrait donc être signifier “la saga en train de s’écrire”.

Kei Yûki est donc la lumière qui guide l’Arcadia à travers les époques et les événements, preuve de l’importance que lui confère Matsumoto sur le plan symbolique. Toutefois, on ne sait finalement pas grand chose sur son passé ou ses motivations : chacune des adaptations animées lui invente une nouvelle raison de rejoindre l’équipage d’Albator.

 


CAPTAIN HARLOCK JIGEN KOKAI © 2015 Leiji MATSUMOTO / Kouiti SHIMABOSHI / Akita Publishing

 

Il faudra attendre le tome 21 de Galaxy Express 999, publié en 2005 au Japon, pour que Matsumoto lui-même donne enfin quelques détails sur les origines de Kei. On y découvre qu’elle est en réalité la fille de Wataru Yûki, commandant au sein des forces de défense des chemins de fer galactique, et la grande sœur de Mamoru et Manabu Yûki, ce dernier étant notamment le héros de la série animée The Galaxy Railways.

Malheureusement, cette relation familiale n’est pas explorée dans cette série, où Kei n’est d’ailleurs jamais mentionnée. Ce qui est d’autant plus dommage qu’il aurait été intéressant d’explorer les rapports entre Manabu, gardien de l’ordre comme son père avant lui, et sa grande sœur ayant embrassé la carrière de pirate de l’espace. On pourrait aussi se demander si Kei a pour mère Kanna, comme Mamoru et Manabu, ou bien si elle était le fruit d’une précédente union de Wataru, ce qui expliquerait en partie son absence… Autant de questions qui resteront sans réponse. Le manga Galaxy Express 999 suggère en tout cas que Kei a gardé contact avec sa famille, au moins suffisamment pour bien connaître les rêves d’espace de ses jeunes frères.

 


GINGA TETSUDO 999 © 1997 Leiji MATSUMOTO / Shogakukan Inc.

 

Dimension Voyage complique encore cet arbre généalogique en liant la Kei Yûki de l’Arcadia à son homonyme du manga Miraizer Ban (ce qui était probablement l’intention de Matsumoto de toute manière). Cette filiation fait de Kei une “Miraizer” (épelé “Mirizer” en rômaji dans Dimension Voyage), c’est à dire un être surhumain, capable de projeter sa conscience à travers l’espace et le temps et d’accéder aux souvenirs et aux connaissances de toutes les personnes partageant son ADN, y compris dans des réalités parallèles. Comme ses ancêtres, la Kei de Dimension Voyage révèle avoir été traquée en raison de ses capacités hors-normes, ce qui expliquerait sans doute son choix de rejoindre l’équipage de l’Arcadia, où les parias sont toujours les bienvenus. Ces pouvoirs temporels donnent au passage un nouveau sens à son nom…

Dimension Voyage combine par ailleurs l’appellation Miraizer avec celle de “DNA Sighter”, un concept très similaire tiré du manga FireForce DNASights Fortress 999.9. On retrouve dans ce manga deux sœurs Yûki : Rei (écrit 玲, qui peut se traduire par “tintement”, comme celui d’un carillon) et Rui (écrit 涙, “larmes”). Rei, dont l’évolution a été accélérée suite au contact avec une mystérieuse comète noire, se découvre des capacités de DNA Sighter : comme la Kei Yûki de Dimension Voyage, elle a accès aux connaissances de ses descendants, ce qui lui permettra par exemple de fabriquer un canon futuriste pour défier la tyrannique Trader Force. Cette “synchronisation” s’accompagne d’une transformation physique : lorsqu’elle est “habitée” par les connaissances du futur, Rei apparaît sous les traits d’une belle blonde diaphane typique de Matsumoto. Mais lorsqu’elle reprend son état normal, Rei se révèle en réalité avoir une apparence de jeune fille assez quelconque, pour le moins inhabituelle chez l’auteur !

 


FIREFORCE DNASIGHTS 999.9 © 1996 Leiji MATSUMOTO / KOBUNSHA

 

En qualifiant Kei Yûki de DNA Sighter, Dimension Voyage suggère que Rei serait également une des ancêtres de la jeune femme… à moins qu’il ne s’agisse “simplement” d’un autre cycle de la Boucle du Temps ! Et si la Kei Yûki qui se bat aux côtés d’Albator est bien la descendante de la Kei Yûki de Miraizer Ban, cela fait également d’elle une lointaine cousine de Maetel et Emeraldas (dont le père, le Dr. Ban, est issu de la même lignée)… Décidément, chez Matsumoto, l’univers est petit !

Petite note pour conclure : dans la version française des séries Albator 78 et 84, Kei avait été rebaptisée Nausicaa, d’après un personnage de l’Odyssée d’Homère. Nausicaa est la princesse des phéaciens, un peuple de marins descendant de Poséidon. Elle recueille Ulysse échoué sur ses rivages et soigne ses blessures, lui permettant de reprendre le chemin d’Ithaque. Le nom restait donc cohérent avec l’idée d’un personnage noble et altruiste, guidant les marins égarés vers des havres plus sûrs. Et son statut semi-divin s’avère étonnamment prescient au vu des pouvoirs que Kei se révèlera posséder ! Autre détail amusant, Nausicaa est un nom que Matsumoto lui-même avait envisagé d’utiliser pour un des vaisseaux de la saga Yamato.

 

Pour plus de détails sur les différentes incarnations de Kei, je vous recommande la page de sv74en entièrement dédiée au personnage.

(Merci à Sabine, Walid, Brahim et Aerandir pour leur aide à la rédaction de cet article.)


Comments

Comments are closed.