The Gintetsu 999 (avec Makochin Ishihara)

Posted By on August 5, 2019


© 2018 Leiji MATSUMOTO / Makochin ISHIHARA / FSF

Titre : THE 銀鉄 999 / The Gintetsu Sankyû

Date de parution : 2018 – en cours

Leiji Matsumoto, on le sait, a un sens de l’humour bien à lui. Dans une interview accordée à nos confrères américains de Our Star Blazers, il expliquait par ailleurs voir d’un œil bienveillant les détournements humoristiques de son œuvre et de ses personnages emblématiques (exercice auquel il s’est d’ailleurs lui-même déjà prêté avec entrain). Ce qui explique sans aucun doute l’existence, depuis l’automne 2018, d’une parodie “officielle” publiée chaque lundi sur la plate-forme en ligne Piccoma et mettant en scène les héros de Galaxy Express 999 (et même parfois Leiji lui-même). Ce manga est dessiné par Makochin Ishihara, connu au Japon pour le strip The 3 Meisama (“le trio”) publié par Shogakukan au début des années deux mille avant d’être adapté en série télé à succès. En dehors de son humour décapant, Ishihara détonne par son style graphique très brut et enfantin.

Le projet qui prendrait bientôt le nom The Gintetsu 999 semble avoir été initié au printemps 2017 (comme en témoigne un tweet d’Ishihara), peut-être comme un délire de simple fan, avant d’être approuvé par Matsumoto en juin 2018, pour enfin arriver sur Piccoma en octobre de cette même année. Il s’agit donc d’un gag manga, c’est à dire de courtes histoires de 3 à 4 pages; Matsumoto lui-même a parfois œuvré dans ce format, par exemple sur The Sutetekondoru ou encore Oyashirazu Sanka.

 


© 2018 Leiji MATSUMOTO / Makochin ISHIHARA / FSF

 

Le nom The Gintetsu 999 est un jeu de mots autour du titre japonais des aventures de l’express galactique, Ginga Tetsudô 999. L’une des traductions possibles de “Gintetsu” pourrait être “le chemin de fer du pognon” tandis que 999 n’est pas à prononcer Three-Nine, mais Sankyû, qui veut effectivement dire “trois-neuf” en japonais mais est aussi la transcription de l’anglais “thank you”. Oui, rien n’est plus difficile à traduire que l’humour, bien souvent ancré dans une culture et des codes spécifiques : de la même manière qu’un japonais resterait probablement de marbre face à, disons, Kaamelott, les jeux de mots absurdes et gags satiriques de The Gintetsu 999 restent assez cryptiques pour un non-japonais…

Mais qu’en est-il du public cible, à savoir les japonais eux-mêmes ? Si on en juge par quelques commentaires Twitter enthousiastes et les 225 000 “likes” amassés par la série sur Piccoma au moment d’écrire ces lignes, alors on peut dire que The Gintetsu 999 semble être un succès. Même Leiji, pourtant passé grand maître dans l’art de la poker face, arbore une mine réjouie en validant les planches de Makochin !

 


© 2018 Leiji MATSUMOTO / Makochin ISHIHARA / FSF


Comments

Comments are closed.