Machinners City

Posted By on September 27, 2014


© 2000 Leiji MATSUMOTO / Kodansha Ltd.

Titre : 機械化人都市 (マシンナーズ・シティ) / Kikaikajin Toshi (Machinners City)

Date de parution : 1969 – 1970

Assez proche stylistiquement de Sexaroid et Mystery Eve, Machinners City est un véritable thriller de science-fiction qui a marqué de nombreux lecteurs par son atmosphère sombre et paranoïaque. C’est le premier manga de Matsumoto où apparaissent les concepts des Kikaikajin (les fameux “Machinners”, ou hommes-machines), ainsi que de la mécanisation, qui deviendront les pierres angulaires de l’intrigue de Galaxy Express 999. Matsumoto a consacré trois mangas au thème des Machinners : outre Machinners City, citons Machinner Van, une histoire courte incluse dans le recueil Kûkan Kikô-dan, ainsi que Hyôryû 3000 Man-kônen, réalisé en 1978.

Le héros de Machinners City est Shigeru Mori, un astronaute japonais faisant partie de la brigade spatio-temporelle. Revenu d’une mission vers la lointaine étoile Sirius, Mori découvre une Terre bien différente de ses souvenirs. Le peuple japonais tout entier semble avoir disparu, remplacé par des mutants. Cherchant à comprendre la vérité, Mori explore une cité futuriste, et son enquête le met sur la piste d’un mystérieux individu se faisant appeler Jûzô Yamato, qui serait responsable de l’éradication des japonais. Mori découvre bien vite que certains des nouveaux humains sont prêts à l’aider, mais ces trop rares alliés ne font en général pas long feu face aux sbires de Yamato. Perdant petit à petit ses compagnons, Mori commence à oublier sa quête de vérité pour se consacrer à la vengeance…

Tandis que Shigeru se rapproche de son but, il découvre avec horreur les expériences eugéniques menées par Yamato dans les entrailles de la cité-machine pour créer une humanité “parfaite”. Blessé à plusieurs reprises, Mori est lui-même obligé de mécaniser des parties de son corps jusqu’à ce que seule sa tête soit encore d’origine. Mais n’est-il pas en train de sacrifier sa propre humanité ?

Merci à Chron et Animekritik dont l’aide précieuse a permis de rédiger cette fiche.


© 2000 Leiji MATSUMOTO / Kodansha Ltd.


Comments

Comments are closed.