Les navires de classe Yamato

Posted By on June 6, 2016

On retrouve de manière récurrente dans les œuvres de Leiji Matsumoto des vaisseaux spatiaux inspirés de véritables navires de guerre déployés par la marine impériale japonaise durant la Seconde Guerre Mondiale, et plus particulièrement les cuirassés de classe Yamato.

Le plus célèbre de ces vaisseaux spatiaux est bien évidemment le Yamato lui-même, basé sur le cuirassé du même nom lancé le 8 août 1940. Mesurant 256 mètres de long à la ligne de flottaison (263 mètres hors-tout), et lourdement armé (avec notamment neuf monstrueux canons de 460 mm), le Yamato avait été conçu pour tenir tête aux multiples destroyers de la marine américaine. Il sera finalement coulé le 7 avril 1945, lors de l’opération Ten-gô, en tentant d’empêcher l’invasion d’Okinawa par les forces américaines. Sur 3 332 hommes d’équipage, seulement 277 survécurent à ce qui était essentiellement une mission suicide (le Yamato n’avait pas assez de carburant pour le voyage de retour). Avec Uchû Senkan Yamato, il était important pour Matsumoto de ne pas utiliser le nom de ce navire à la légère, et d’honorer la tragédie de ces marins morts inutilement en leur faisant symboliquement accomplir un voyage bénéficiant à l’humanité toute entière.

YamatoLe cuirassé Yamato

Le nom Yamato fait référence à la province de Yamato, considérée comme le berceau historique de la nation japonaise. Géographiquement, cette province correspond à l’actuelle préfecture de Nara. À noter que le Yamato de la Seconde Guerre Mondiale est écrit en japonais 大和, tandis que le nom du cuirassé de l’espace est écrit ヤマト.

Le Musashi, sister-ship du Yamato (c’est à dire un second navire basé sur les mêmes plans, afin d’économiser le temps de conception), était lui aussi nommé d’après une province médiévale japonaise (qui correspondrait aujourd’hui à la préfecture de Tôkyô, l’essentiel de la préfecture de Saitama, et une partie de la préfecture de Kanagawa). Lancé le 1er novembre 1940, il fut coulé le 24 octobre 1944 lors de la bataille du golfe de Leyte. Le Musashi n’a pas fait l’objet d’une “réincarnation” en cuirassé de l’espace, mais son épave est au cœur de l’intrigue du manga The Ultimate Time Sweeper Mahoroba. Dans le monde réel, l’épave fut découverte en mars 2015 par Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft.

ShinanoLe porte-avion Shinano

Le troisième navire de classe Yamato, le Shinano, fut reconverti en porte-avions durant sa construction pour palier aux pertes japonaises lors de la bataille de Midway. Son nom faisait référence à la province médiévale de Shinano (l’actuelle préfecture de Nagano). Lancé le 5 octobre 1944, Shinano sera coulé moins de deux mois plus tard, le 29 novembre 1944, par le sous-marin USS Archerfish. Il n’a pas d’équivalent spatial dans l’œuvre de Matsumoto.

Deux autres navires de classe Yamato étaient prévus, mais leur construction fut interrompue faute de ressources. Ces deux navires sont uniquement connus sous les noms “numéro 111” et “numéro 797”. Le navire de guerre 111 servira de base au cuirassé spatio-temporel Mahoroba dans l’œuvre de Leiji Matsumoto (dans The Ultimate Time Sweeper Mahoroba, on apprend que le navire avait été construit dans le plus grand secret, avant de disparaître mystérieusement à la fin de la guerre, réapparaissant à diverses époques tel le Hollandais Volant). Le nom Mahoroba fait référence à une province mythique, équivalente du Tír na nÓg irlandais ou de l’Arcadie grec, mais est également utilisé en référence à la province de Yamato.

CHDV_Mahoroba
Le Mahoroba dans le manga Capitaine Albator ~ Dimension Voyage
CAPTAIN HARLOCK JIGEN KOKAI © 2015 Leiji MATSUMOTO / Kouiti SHIMABOSHI / Akita Publishing

Enfin, dans le jeu vidéo Cosmowarrior Zero, le héros Warrius Zero commande le vaisseau Hiryû (“dragon volant”), nommé d’après un porte-avion japonais ayant participé à l’attaque de Pearl Harbor avant d’être coulé à la bataille de Midway. Dans la série animée adaptée du jeu, en revanche, le vaisseau est rebaptisé Karyû (“dragon de feu”).


Comments

Comments are closed.