L’influence de Barbarella

Posted By on June 12, 2016


SEXAROID © 1996 Leiji MATSUMOTO / Fusôsha

Créée en 1962 par Jean-Claude Forest, Barbarella, l’aventurière spatiale aux mœurs libérées, est une bande-dessinée culte des années soixante, qui inspirera également un film de 1968 avec Jane Fonda. L’influence de Barbarella sur le trait de Matsumoto paraît évidente, et notamment dans Sexaroid, que ce soit dans le sujet (des aventures SF gentiment friponnes avec une plantureuse héroïne en personnage principal), le dessin, ou même certaines scènes clin d’œil. Matsumoto confirme cette inspiration, et d’autres, dans une interview publiée en 1999 dans le livre Kon’na manga ga atta no ka! (“Voilà ce qu’est un manga !”) édité par Media Factory et retraçant les débuts de la bande-dessinée japonaise :

“J’ai grandi à Kitakyûshû, où stationnaient de nombreuses troupes américaines jusqu’à la Guerre de Corée. Les soldats étaient jeunes, alors ils possédaient des comics, des revues à 10 cents mettant en scène Superman ou Batman, que j’ai appris à connaître aussi bien que mes livres d’école. Plus tard, ça a été la bande-dessinée française Barbarella. Et en arrivant à Tôkyô, j’ai commencé à écumer les librairies étrangères et j’ai découvert d’autres titres merveilleux, comme Vampirella. J’ai essayé d’incorporer ces influences à mon propre style.” [source]

Sexaroid n’est évidemment en aucun cas un plagiat de Barbarella, les deux œuvres possédant une intrigue et un ton bien différents (Sexaroid est ainsi ouvertement satirique).

 


Case tirée de Barbarella. Notez les ressemblances troublantes entre les deux héroines…
© Jean-Claude Forest


Comments

Comments are closed.