Maetel no Nomitetsu

Posted By on August 19, 2020

En mai 2018, je tombe par hasard sur un “fan art” de Maetel et Emeraldas mortes de rire, un verre de saké à la main. J’avais trouvé cette image tout à fait adorable, voire même réconfortante. Les héros du Leijiverse sont souvent mélancoliques et torturés, et n’ont pas beaucoup d’opportunités de se détendre et de s’amuser !

MAETEL NO NOMITETSU © Jôji MANABE

Il s’avère que ce dessin faisait en réalité partie d’une longue série nommée Maetel no Nomitetsu, titre que l’on pourrait traduire par “Le voyage en train alcoolisé de Maetel”. Le nom est un jeu de mots entre nomi, “en buvant”, et noritetsu, désignant en japonais une personne aimant les voyages en train. Il s’agit probablement également d’une référence à l’émission de télé Nomitetsu, dans laquelle on suit justement un voyageur “redécouvrant le Japon sous l’angle de l’alcool et des trains” dixit le site de la chaîne NHK. Bref, un programme comme les japonais en ont le secret.

L’artiste derrière ces illustrations hilarantes est Jôji Manabe, un mangaka professionnel connu pour des titres comme Outlanders ou encore Caravan Kidd, ainsi que de nombreuses bandes-dessinées, disons, pour adultes. Rien de fripon toutefois dans Maetel no Nomitetsu : Manabe se contente d’alcooliser des scènes et personnages clés des œuvres de Leiji Matsumoto, mais toujours avec beaucoup d’humour et de tendresse.


MAETEL NO NOMITETSU © Jôji MANABE

Le choix des scènes, le soin apporté au moindre détail, et les références parfois obscures (par exemple une apparition, tout à fait à-propos, de Sakezan) montrent que Manabe est un véritable fan de l’œuvre de Leiji Matsumoto dans son ensemble. Chacune de ces petites saynètes goguenardes déborde d’amour pour le Leijiverse. Pour ne rien gâcher, il s’agit généralement de gags purement visuels, ce qui les rend compréhensibles même si on ne lit pas le japonais.


MAETEL NO NOMITETSU © Jôji MANABE

Les dessins de la série Maetel no Nomitetsu ont été réunis dans plusieurs doujinshi. Cinq volumes d’une trentaine de pages sont déjà parus à ce jour (on peut désormais les trouver très facilement sur Amazon.co.jp), et un sixième recueil est sur les rails (pardon…) au moment d’écrire ces lignes. Contrairement au véritable saké, on peut donc les consommer sans modération !

(Merci à Pierre Gambarini et Thomas Guillemin pour leur aide précieuse.)

MAETEL NO NOMITETSU © Jôji MANABE


Comments

Comments are closed.