Entrevue avec Kouiti Shimaboshi – 7 mars 2017

Posted By on May 30, 2017

Le 7 mars 2017, à l’invitation des éditions Kana, plusieurs membres du Webring Leiji Francophone (charlock, CPZ, satch62 et Watcha) ont eu l’occasion de s’entretenir avec Kouiti Shimaboshi, dessinateur de Capitaine Albator ~ Dimension Voyage. Voilà la retranscription de cette discussion riche en enseignements.

 

Photo : Claire Parize-Pasquier / Webring Leiji Francophone

 

Webring Leiji Francophone : Comment avez-vous été sélectionné pour travailler sur Capitaine Albator ~ Dimension Voyage ?

Kouiti Shimaboshi : Au départ, plusieurs dessinateurs étaient en lice pour ce projet, et c’est Leiji Matsumoto lui-même qui a choisi parmi ces candidats. Je suppose qu’il m’a choisi parce qu’il a aimé mes dessins très détaillés. Quand l’éditeur Akita Shoten a proposé à M. Matsumoto l’idée de lancer un nouveau manga Albator, M. Matsumoto a d’abord eu l’envie de le dessiner lui-même et avait déjà de nombreuses idées. Mais M. Matsumoto est également l’un des présidents de l’Association japonaise des auteurs de mangas (日本漫画家協会, Nihon Manga-ka Kyôkai), qui fait beaucoup pour aider les jeunes dessinateurs. Akita Shoten a donc suggéré à M. Matsumoto de profiter du lancement de ce nouveau manga pour mettre en avant un nouveau talent, et M. Matsumoto a alors proposé de faire un concours que j’ai donc gagné.  C’est également M. Matsumoto qui a trouvé mon pseudonyme.

WLF : Comment se déroule la collaboration avec M. Matsumoto ?

KS : Pour chaque chapitre, l’histoire est discutée entre mon éditeur M. Kobayashi, M. Matsumoto, et l’agent de ce dernier. Lorsqu’ils se sont mis d’accord, ils m’envoient le texte du chapitre. Je réalise ensuite le découpage de l’histoire sous forme de dessins, un peu comme un story-board, que j’envoie ensuite à M. Matsumoto qui va alors soit le valider, soit demander des modifications. J’attaque ensuite la réalisation des planches, que je présente à nouveau à M. Matsumoto pour avoir son approbation ou d’éventuelles demandes de corrections, que ce soit pour les dessins ou pour les textes. Par exemple à l’époque du troisième tome, M. Matsumoto a trouvé que les cheveux d’Albator étaient devenus trop longs. Je lui ai donc fait une coupe (rire).

Il y a donc plusieurs allers-retours entre nous pour chaque chapitre, pour que le résultat final reflète bien ce que M. Matsumoto souhaitait raconter.

 

Photo : Claire Parize-Pasquier / Webring Leiji Francophone

 

WLF : Le manga original de 1977, Capitaine Albator, le Pirate de l’Espace, n’a pas été achevé à l’époque. Est-ce que Dimension Voyage prolongera l’histoire au-delà du manga de Leiji Matsumoto ?

KS : Tout dépend de M. Matsumoto. S’il est d’accord, j’aimerais beaucoup que Dimension Voyage aille au-delà de son propre manga, et apporte au moins une conclusion à la saga des Sylvidres. Mais qui sait, peut-être qu’un jour M. Matsumoto décidera de reprendre le dessin d’Albator, et alors je me retrouverai au chômage (rire).

WLF : Dimension Voyage a déjà été adapté au théâtre au Japon, est-ce que d’autres adaptations, par exemple en anime ou en jeu vidéo, sont prévues ?

KS : La version théâtrale a eu des représentations à Tôkyô et Ôsaka, et la troupe envisage désormais d’adapter la suite de l’histoire. Il y a également des discussions dans l’optique de réaliser une adaptation en série animée, mais cela ne pourra se faire qu’avec l’accord de M. Matsumoto. Ce dernier suit ces projets d’adaptation de très près, et peut tout à fait mettre son veto si quelque chose ne lui convient pas ou s’il estime que la qualité n’est pas au rendez-vous. Du coup il est difficile de trop s’avancer sur une date à laquelle ces projets se concrétiseront.

Une chose est sûre, cette année 2017 marque le 40e anniversaire du manga Capitaine Albator, et l’année 2018 sera à la fois le 40e anniversaire de la série animée Albator 78 et la célébration des 80 ans de M. Matsumoto. Il est donc évident que nous aimerions ne pas passer à côté de ces dates très spéciales.

 

Photo : Claire Parize-Pasquier / Webring Leiji Francophone

 

WLF : Étiez-vous fan de l’univers de Leiji Matsumoto avant de démarrer ce manga ?

KS : Je ne peux pas dire que M. Matsumoto est le mangaka qui m’a le plus influencé, car j’ai découvert son univers assez tardivement, par exemple à l’occasion des rediffusions des séries animées. Mon premier contact avec cet univers a été le film Galaxy Express 999, et ce n’est que plus tard que j’ai découvert le reste de son œuvre, avec Albator, The Cockpit

WLF : Par curiosité, quels mangas vous ont le plus influencé ?

KS : Mmm… Je dirais Dragon Ball et Hokuto no Ken. Ce sont ces œuvres qui étaient les plus populaires lorsque j’avais 5 ou 6 ans.

WLF : Quelles vaisseaux vont apparaître dans Dimension Voyage ?

KS : Même si le premier Deathshadow et l’Arcadia apparaissent dans une séquence de flashback, c’est vraiment le Deathshadow II qui est au cœur du manga pour l’instant, comme l’a souhaité M. Matsumoto. Mais la série étant en cours, peut-être que cela changera à l’avenir… Certains de ces changements, notamment liés au personnage de Daiba, ont d’ailleurs déjà été prédits dans le manga…

 

Photo : Claire Parize-Pasquier / Webring Leiji Francophone

Merci à Stéphanie Nunez des éditions Kana ainsi qu’à l’inestimable interprète Shoko Takahashi.


Comments

Comments are closed.