Wadachi

Posted By on August 16, 2014


© 1999 Leiji MATSUMOTO / Shogakukan Inc.

Titre : ワダチ / Wadachi

Date de parution : 1973 – 1974

Wadachi Yamamoto est un héros typique de Matsumoto : petit, binoclard, avec de grandes dents et les jambes arquées. Il souffre également d’une sacrée poisse : dès le début du manga, une voiture le renverse et détruit son stand de râmen. Une fois sorti de l’hôpital, Wadachi doit trouver une nouvelle source de revenus, et se fait engager comme assistant du Professeur Sado, qui enseigne les Beaux Arts à l’université locale. Mais malgré les apparences (et le fait qu’il fut publié dans le même magazine qu’Otoko Oidon), il ne s’agit pas là d’une nouvelle variation sur le thème des “quatre tatamis et demi”, usé jusqu’à la corde par Matsumoto. Wadachi bascule en effet rapidement dans la science-fiction.

Il s’avère que le Japon, faisant face à une crise économique sans précédent, s’est retiré des Nations Unies. Tandis qu’une guerre semble se préparer, Sado (qui n’est évidemment pas vraiment professeur d’art) organise un exil massif vers l’espace. Son objectif ? Détruire la vieille Terre (et tous ceux restés dessus !), et créer sur une lointaine planète une nouvelle civilisation où les japonais au physique disgracieux comme Wadachi et lui-même règneront en maîtres. Sans oublier le plus important : ils auront les plus belles femmes à leur disposition ! Évidemment, lorsque ce plan digne de ceux du Dr. Strangelove de Kubrick est révélé au grand jour, le voyage prend une tournure imprévue, sans compter que la “Grande Terre” se révèle plutôt hostile…

Si on le lit au premier degré, Wadachi apparaît comme une œuvre grinçante et pessimiste, même si l’humour reste l’un de ses principaux ingrédients. Matsumoto y semble vindicatif et aigri, faisant montre d’un esprit revanchard vis-à-vis des femmes (dépeintes ici comme particulièrement manipulatrices et superficielles), des occidentaux, et de l’humanité en général. Ceci tranche évidemment avec le caractère humaniste, gouailleur et indécrottablement optimiste qui caractérise le reste de son œuvre.

Peut-être qu’il faut justement prendre Wadachi au second degré, et y voir une satire mordante poussant à leur extrême le plus absurde les idées nationalistes et rétrogrades en résurgence dans le Japon d’alors, touché de plein fouet par la crise pétrolière de 1973. Le clin d’œil fait à Sexaroid (les deux mangas mettent en scène un exode du peuple japonais vers l’espace sous le nom “Plan Kamiyo”) semble appuyer cette hypothèse…

Merci à Animekritik dont les résumés et analyses ont été une aide précieuse pour rédiger cette fiche.


© 1999 Leiji MATSUMOTO / Shogakukan Inc.


Comments

Comments are closed.