24 Histoires d’un Temps Lointain

Posted By on July 7, 2014


KAERAZARU TOKI NO MONOGATARI © 1998 Leiji MATSUMOTO / Akita Publishing

Titre original : 帰らざる時の物語 / Kaerazaru Toki no Monogatari – The Tale of a Time Gone By

Publication japonaise : 1985 aux éditions Akita Shoten

Publication française : 2014 aux éditions Kana (Dargaud)

Si en France on connaît surtout Leiji Matsumoto pour ses grandes sagas, qu’il s’agisse des aventures d’Albator ou des voyages du Galaxy Express, ces deux œuvres ayant fort logiquement eu les honneurs d’être les premiers mangas du maître traduits dans la langue de Molière, au Japon le prolifique mangaka a également réalisé de nombreuses histoires courtes, notamment pour le compte des éditions Akita Shoten. Ces historiettes, destinées à un public plus mature que celui de ses mangas shônen, sont l’occasion de découvrir une facette un peu différente de cet auteur hors du commun.

Volontiers scabreuses et souvent surréalistes, ces 24 Histoires d’un Temps Lointain sont imprégnées d’un certain état d’esprit qui fleure bon les années soixante-dix, entre délires psychédéliques et libération des sexualités. Passé et futur s’y entrechoquent, tandis que Matsumoto s’interroge sur le devenir de l’humanité. Matsumoto parle de ses contemporains, mais toujours par le prisme du merveilleux, dans un esprit proche des écrits de Dino Buzzati. Dans une histoire, un jeune salaryman se retrouve dans un monde où tout semble inversé. Dans une autre, des explorateurs spatiaux décollent pour découvrir les secrets de Vénus suite à la découverte d’une roche ressemblant à s’y méprendre à une main humaine…

En fil rouge : le sexe comme moteur immuable des affaires humaines. C’est d’ailleurs probablement ce qui frappe le plus à la lecture de ce recueil : qu’il mette en scène des hommes préhistoriques, des voyageurs temporels ou des aliens en maraude, que son récit soit fantastique, burlesque ou philosophique, Matsumoto ne manque jamais d’inclure une partie de jambes en l’air. Mais même si le lecteur n’a aucun doute sur ce qu’il se passe, le dessin de Matsumoto suggère toujours plus qu’il ne révèle, même si les dialogues sont parfois un peu crus.

Voilà la liste complète des récits inclus dans 24 Histoires d’un Temps Lointain :

– Le cimetière des Rhamphorhynchus
– La ville morte de Vénus
– Adieu, Tricératops !
– Les bruits de pas de l’Éléphant
– Le Condor ne s’envolera plus
– Un jeune homme sérieux
– Les Clones
– Les hommes-oiseaux du Kilimandjaro
– L’amour tragique de la jeune femme du pont de Bikuni
– Les sables d’El-Alamein
– Le monde à l’envers
– UFO 2001
– La maison au fond de l’océan
– Elza, la fille venue de la mer
– Le grand viking
– Les ailes du Yuguéléon
– Le grand éléphant va vers l’ouest
– Serment d’amour et de mort sous le soleil de minuit
– Deathshadow, le cuirassé de l’espace
– Les rêves des hommes à queue
– Technologirus
– Un bourdonnement dans la zone noire
– La disparition d’une planète
– La Reine du Néant

Au sujet de l’édition française : Bien traduite et dotée d’une très belle couverture, la version française inclut une préface du journaliste Florian Rubis, et une postface de la chanteuse Tokiko Katô, amie de longue date de Matsumoto que l’on a récemment pu entendre sur la bande-son du film Captain Harlock 3D.

Pour aller plus loin : Liste des articles liés à 24 Histoires d’un Temps Lointain.

KAERAZARU TOKI NO MONOGATARI © 1998 Leiji MATSUMOTO / Akita Publishing


Comments

Comments are closed.