Les Femmes du Zodiaque (Miyako Maki)

Posted By on November 28, 2014


SEIZA NO ONNA © Miyako MAKI

Titre original : 星座の女 / Seiza no Onna

Prépublication : 1973 – 1974 dans Josei Jishin

Publication japonaise : 2006 aux éditions Yoru Hiru Pro

Publication française : 2014-2015 aux éditions Le Lézard Noir

Les Femmes du Zodiaque est la première œuvre de Miyako Maki à connaître une sortie en France. Si on en parle sur Triple 9, c’est d’abord parce que Mme Maki n’est autre que l’épouse de Leiji Matsumoto. Mais c’est aussi, et surtout, une grande dame du manga. D’abord auteur dans les magazines shôjo, Miyako Maki se spécialise par la suite dans le gekiga (bande-dessinée pour public adulte), en particulier le genre josei (pour femmes). Les Femmes du Zodiaque est l’une de ses œuvres les plus connues, lui ayant valu de remporter le Premier Prix du Montreal International Comic Contest de 1975.

Les Femmes du Zodiaque regroupe dix histoires sur le thème de l’amour et l’influence des astres sur la vie des femmes. Chacune de ces histoires met en scène des personnages différents, et adopte un ton qui lui est propre, mais toutes ont en commun un même contexte : l’émancipation des femmes japonaises et leur éveil à la sensualité dans les années soixante-dix. Les planches de Miyako Maki, toujours magnifiquement réalisées, baignent dans une atmosphère onirique et sensuelle rehaussée d’une touche d’érotisme (plus ou moins présente selon l’histoire).


SEIZA NO ONNA © Miyako MAKI

Dans le premier volume, l’histoire Les algues sans racines s’intéresse à la détresse psychologique et les angoisses de Nami, jeune femme Taureau, qui s’interroge sur le futur de sa relation avec un homme peu pressé de s’engager. Décrochage en rouge est un véritable thriller sous le signe du Cancer dans lequel Eiko, jeune maman délaissée par son mari, se retrouve la cible d’un sinistre complot. Le Col de Kewaizaka relate l’histoire (sordide) d’Aya, jeune femme Vierge devenue aveugle à l’âge de dix ans, qui nourrit des sentiments contradictoires à l’encontre de son beau-père. La Tour aux papillons de nuit explore l’impact de la pression sociale et professionnelle sur les relations de trois femmes, respectivement Verseau, Balance et Capricorne. Enfin, Nuages d’automne, est une charmante comédie romantique ayant pour héroïne Yukiko, jeune femme Bélier aussi maladroite dans la vie que dans l’amour…

Plus sombre et tragique, le deuxième volume, sorti en juin 2015, contient cinq histoires supplémentaires : le Narcisse aux lèvres rouges (Poisson), Les Empreintes de l’arc-en-ciel (Gémeaux), et enfin la trilogie des “Lys blancs”, composée des récits Les Traces de pollen (Sagittaire), Lily White (Lion) et La Fleur du requiem (Scorpion). Ces trois histoires ont pour thème commun la condition des femmes dans le Japon de l’après-guerre.

Au sujet de l’édition française : Le Lézard Noir réalise une très belle édition française en deux volumes, très bien traduite par Miyako Slocombe, habituée des publications de l’éditeur. Le papier, épais, évite l’effet buvard et permet une restitution nette du dessin élégant de Mme Maki. Bref, de très beaux ouvrages qui font honneur à une artiste d’exception. Seul petit bémol : il semble qu’une page ne soit pas au bon endroit dans le premier chapitre du Col de Kewaizaka (la page 98 aurait davantage sa place après la page 101), mais rien qui empêche la compréhension.

 


SEIZA NO ONNA © Miyako MAKI


Comments

Comments are closed.