Gun Frontier

Posted By on July 12, 2016

GunFrontier_header
GUN FRONTIER © 1999 Leiji MATSUMOTO / Akita Publishing

Titre original : ガンフロンティア / Gun Frontier

Prépublication : 1972 – 1975 dans Play Comics

Publication japonaise : 1976 – 1977 aux éditions Akita Publishing Co., Ltd

Publication française : 2016 aux éditions Black Box

En 1967, les lecteurs des premiers mangas publiés après-guerre ont bien grandi, et leurs goûts ont également évolué. L’éditeur Futubasha comprend qu’il y a là un marché à saisir et lance le magazine Manga Action. Le genre seinen, destiné à de jeunes hommes adultes, est né. Les mangas seinen propose des histoires plus violentes, abordant des thématiques plus matures que dans le shônen, avec souvent une forte dose d’érotisme. Le succès de Manga Action fait des émules, et des revues concurrentes font leur apparition : Young Comic (publié par Shônen Gahosha), Big Comic (publié par Shôgakukan), ou encore Play Comic (publié par Akita Shoten). Leiji Matsumoto, qui cherche à l’époque à casser son image d’auteur shôjo, propose ses services à ces revues. C’est justement dans Play Comic qu’il commencera, en 1972, la prépublication de Gun Frontier.


GUN FRONTIER © 1999 Leiji MATSUMOTO / Akita Publishing

On a d’abord découvert Gun Frontier en France avec la sortie de l’adaptation animée de 2002. L’histoire est très similaire : Tochirô le samouraï, Harlock le pistolero et la belle Shinunora errent dans le Far West en quête des survivants de la communauté japonaise de Yellow Creek. Un “ouest sauvage” à la fois délirant et décadent, où la vie ne vaut pas cher et où les mœurs sont légères. En fait, Gun Frontier exagère les codes des westerns spaghetti jusqu’à la parodie, le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour absurde et décalé comme les japonais en ont le secret.

Par ailleurs, il nous faut prévenir les âmes sensibles : si le dessin animé vous a choqué par son caractère, disons, charnel, alors sachez qu’il est mille fois édulcoré par rapport au manga d’origine ! Et si ce dernier possède bien une vraie fin, celle-ci n’en reste pas moins tout aussi bizarre que le dénouement de l’anime. Il faut donc savoir apprécier le second degré et ne pas avoir peur du scabreux pour aimer Gun Frontier, et le lire pour ce qu’il est : une grosse farce.

Au sujet de l’édition française : Gun Frontier est le troisième manga publié par Black Box, après Cosmoship Yamato et Danguard A. On retrouve le même type de format A5, permettant de bien profiter des dessins de Matsumoto. Les couvertures reprennent fidèlement celles de la réédition japonaise de 1999, dans le collection Akita Bunko. Comme dans l’édition japonaise, plusieurs bonus sont inclus à la fin des volumes, notamment des histoires courtes : Ghost Westerner ~ À la recherche de la maison située à l’ouest (un prototype de Gun Frontier où Tochirô est le seul protagoniste), Great Western (un autre récit plus ancien prenant place dans le Far West), ainsi que deux autres récits au style totalement différent : chanbara avec Conte lunaire et pluvieux et science-fiction avec L’hominidé 1470. Chaque tome se termine également par de courts essais, rédigés respectivement par le scénariste Keisuke Fujikawa et le comédien Makio Inoue.

Pour aller plus loin : Liste des articles liés à Gun Frontier.

 

GUN FRONTIER © 1999 Leiji MATSUMOTO / Akita Publishing


Comments

Comments are closed.